« Seigneur, à qui irions-nous ? vous avez les paroles de la vie éternelle. » (Jn 6,68)

" Le Christ n'enlève rien et il donne tout " (Benoît XVI)

Notre dame du Sacré Coeur

" Monsieur l'abbé, vous pouvez nous raconter des histoires? "

Au camp d'été, deux louvettes, élèves du catéchisme pendant l'année, se souvenaient que leur aumônier racontait de saintes histoires pour illustrer les cours du mercredi après-midi. Quand les activités leur laissaient un peu de répit et qu'elles voyaient au loin l'abbé, elles courraient vers lui et avec un grand sourire lui demandaient:

" Monsieur l'abbé vous pouvez nous raconter des histoires? "

Et monsieur l'abbé répondait:

"Vous voulez des histoires ? Venez on va s'asseoir à l'ombre. Connaissez vous celle de...?"

On s'asseyait et en quelques instants ce n'étaient pas deux mais cinq, six, dix louvettes qui accouraient pour écouter.

Bienvenue sur le blog "Histoires saintes" animé par un prêtre. Bien souvent les catéchistes cherchent à illustrer leurs leçons par des exemples et des histoires visant à captiver l'attention des enfants tout en gravant les vérités saintes dans leur esprit et dans leur cœur. Ce blog voudrait leur faciliter la  tache.

Publié par Histoires saintes

HISTOIRES pour l'Explication du Catéchisme à l'usage des Diocèses de France

DEUXIÈME PARTIE

Les commandements à pratiquer

TRENTE-SIXIÈME LEÇON

Respect dû à la vérité et la réputation du prochain.

Une calomnie démasquée.

Les Ariens voulant perdre saint Athanase, l'accusèrent, en plein concile (325), d'avoir coupé la main à un lecteur nommé Arsène; et, comme preuve de ce qu'ils avançaient, ils exposèrent une main coupée qu'ils disaient être celle d'Arsène. Depuis longtemps, on n'avait vu cet Arsène. Les Ariens l'avaient. d'abord caché; puis, il s'était échappé de leurs mains, craignant qu'ils ne le tuassent pour mieux atteindre le but qu'ils se proposaient; il s'était ensuite réfugié dans un lieu écarté. Dieu ayant permis qu'il fût averti de ce que les hérétiques méditaient contre le saint évêque, il vint le trouver pendant la nuit et le mit au courant de ce qui se passait. Lors donc qu'on formula l'accusation contre Athanase, celui-ci demanda si quelqu'un dans l'assemblée connaissait Arsène. Plusieurs ayant répondu affirmativement, on fit entrer Arsène, revêtu d'un manteau qui lui couvrait tout le corps.

- Est-ce Arsène? » demanda Athanase.

Après qu'on l'eut reconnu, il lui ôta son manteau, et dit :

« Voilà la main droite d'Arsène; voici sa main gauche; à qui cette troisième main? Demandez à mes accusateurs où ils l'ont prise? »

Furieux de voir leur imposture découverte, les hérétiques résolurent de tuer Athanase. qui, pour leur échapper, se retira à Constantinople. (Ribadencira, Vie des Saints, 2 mai.)

Commenter cet article