« Seigneur, à qui irions-nous ? vous avez les paroles de la vie éternelle. » (Jn 6,68)

" Le Christ n'enlève rien et il donne tout " (Benoît XVI)

Notre dame du Sacré Coeur

" Monsieur l'abbé, vous pouvez nous raconter des histoires? "

Au camp d'été, deux louvettes, élèves du catéchisme pendant l'année, se souvenaient que leur aumônier racontait de saintes histoires pour illustrer les cours du mercredi après-midi. Quand les activités leur laissaient un peu de répit et qu'elles voyaient au loin l'abbé, elles courraient vers lui et avec un grand sourire lui demandaient:

" Monsieur l'abbé vous pouvez nous raconter des histoires? "

Et monsieur l'abbé répondait:

"Vous voulez des histoires ? Venez on va s'asseoir à l'ombre. Connaissez vous celle de...?"

On s'asseyait et en quelques instants ce n'étaient pas deux mais cinq, six, dix louvettes qui accouraient pour écouter.

Bienvenue sur le blog "Histoires saintes" animé par un prêtre. Bien souvent les catéchistes cherchent à illustrer leurs leçons par des exemples et des histoires visant à captiver l'attention des enfants tout en gravant les vérités saintes dans leur esprit et dans leur cœur. Ce blog voudrait leur faciliter la  tache.

Publié par Histoires saintes

les vertus, l'Espérance: Désespoir de Luther

HISTOIRES pour l'Explication du Catéchisme à l'usage des Diocèses de France

DEUXIÈME PARTIE

TRENTE-HUITIÈME LEÇON : Des vertus en général.

TRENTE-NEUVIÈME LEÇON : Les vertus théologales. La foi.

QUARANTIÈME LEÇON : L'espérance.

Désespoir de Luther.

Peu de temps avant sa mort, la femme de Luther montrait un soir d'été les étoiles qui brillaient au firmament :
-Vois, maître, lui disait-elle, combien ce ciel est beau !
-Il ne brille pas pour nous, répondit sombrement l'hérésiarque.
-Mais alors, dit Catherine Bora, si nous sommes en mauvaise voie, il faut en revenir...
-Il est trop tard, répondit Luther, le char est embourbé.
Et il coupa court à la conversation.

A Eisleben, la veille du jour où il fut frappé d'apoplexie, il disait à ses amis :

— J'ai presque perdu le Christ, dans ces grandes vagues de désespoir où je suis comme enseveli. Et après une pause :
— Moi qui ai donné le salut à tant d'autres, je ne puis me le donner à moi-même !

Et il mourut dans l'impénitence finale.

Commenter cet article