« Seigneur, à qui irions-nous ? vous avez les paroles de la vie éternelle. » (Jn 6,68)

" Le Christ n'enlève rien et il donne tout " (Benoît XVI)

Notre dame du Sacré Coeur

" Monsieur l'abbé, vous pouvez nous raconter des histoires? "

Au camp d'été, deux louvettes, élèves du catéchisme pendant l'année, se souvenaient que leur aumônier racontait de saintes histoires pour illustrer les cours du mercredi après-midi. Quand les activités leur laissaient un peu de répit et qu'elles voyaient au loin l'abbé, elles courraient vers lui et avec un grand sourire lui demandaient:

" Monsieur l'abbé vous pouvez nous raconter des histoires? "

Et monsieur l'abbé répondait:

"Vous voulez des histoires ? Venez on va s'asseoir à l'ombre. Connaissez vous celle de...?"

On s'asseyait et en quelques instants ce n'étaient pas deux mais cinq, six, dix louvettes qui accouraient pour écouter.

Bienvenue sur le blog "Histoires saintes" animé par un prêtre. Bien souvent les catéchistes cherchent à illustrer leurs leçons par des exemples et des histoires visant à captiver l'attention des enfants tout en gravant les vérités saintes dans leur esprit et dans leur cœur. Ce blog voudrait leur faciliter la  tache.

Publié par Histoires saintes

La grâce: La grâce nous fait ressembler à Dieu

HISTOIRES pour l'Explication du Catéchisme à l'usage des Diocèses de France

TROISIÈME PARTIE

Les Sacrements à recevoir

QUARANTE-SIXIÈME LEÇON

La grâce en général.

QUARANTE-SEPTIÈME LEÇON

La grâce sanctifiante.

QUARANTE-HUITIÈME LEÇON

La grâce actuelle.

La grâce nous fait ressembler à Dieu.

En Espagne, un vieux peintre qui allait mourir, fit appeler le prêtre pour lui donner les derniers sacrements. Le prêtre partit avec l'enfant de chœur ; il parait qu'en Espagne le prêtre est précédé de l'enfant de chœur portant l'encensoir. Le vieux peintre reçut le saint Viatique, et on continua à réciter les prières assez longuement, de sorte que le feu de l'encensoir s'éteignit. Or, l'enfant de chœur s'était glissé dans la ruelle du lit du mourant.
Celui-ci, dont le bras à moitié inerte s'était posé sur l'encensoir éteint, prit un charbon et sur la muraille blanche contre laquelle se trouvait son lit, il traça l'image de Notre-Seigneur Jésus-Christ. L'enfant, qui l'avait regardé faire dans le plus grand ravissement, dit au vieillard :

« Moi aussi je voudrais peindre l'image de Dieu. »

Le vieillard lui répondit en lui mettant la main sur le front :

« Aie toujours Dieu en toi, si tu veux peindre l'image de Dieu. »

On ne dit pas le nom du vieillard, mais l'enfant s'appelait Murillo, et c'est celui de tous les peintres chrétiens qui a fait passer le plus de divin dans la représentation des mystères de Dieu.

Commenter cet article