« Seigneur, à qui irions-nous ? vous avez les paroles de la vie éternelle. » (Jn 6,68)

" Le Christ n'enlève rien et il donne tout " (Benoît XVI)

Notre dame du Sacré Coeur

" Monsieur l'abbé, vous pouvez nous raconter des histoires? "

Au camp d'été, deux louvettes, élèves du catéchisme pendant l'année, se souvenaient que leur aumônier racontait de saintes histoires pour illustrer les cours du mercredi après-midi. Quand les activités leur laissaient un peu de répit et qu'elles voyaient au loin l'abbé, elles courraient vers lui et avec un grand sourire lui demandaient:

" Monsieur l'abbé vous pouvez nous raconter des histoires? "

Et monsieur l'abbé répondait:

"Vous voulez des histoires ? Venez on va s'asseoir à l'ombre. Connaissez vous celle de...?"

On s'asseyait et en quelques instants ce n'étaient pas deux mais cinq, six, dix louvettes qui accouraient pour écouter.

Bienvenue sur le blog "Histoires saintes" animé par un prêtre. Bien souvent les catéchistes cherchent à illustrer leurs leçons par des exemples et des histoires visant à captiver l'attention des enfants tout en gravant les vérités saintes dans leur esprit et dans leur cœur. Ce blog voudrait leur faciliter la  tache.

Publié par Histoires saintes

La grâce: Belle parole de Jeanne d'Arc

HISTOIRES pour l'Explication du Catéchisme à l'usage des Diocèses de France

TROISIÈME PARTIE

Les Sacrements à recevoir

QUARANTE-SIXIÈME LEÇON

La grâce en général.

QUARANTE-SEPTIÈME LEÇON

La grâce sanctifiante.

QUARANTE-HUITIÈME LEÇON

La grâce actuelle.

Belle parole de Jeanne d'Arc

Pouvons-nous déclarer, d'une manière absolument certaine, que nous sommes en état de grâce ?
Ordinairement non.
Mais néanmoins, nous pouvons avoir à ce sujet une confiance très grande, qui équivaut à une certitude pratique. Si, après un péché mortel commis, nous nous confessons loyalement, si nous regrettons d'avoir offensé Dieu, si nous sommes résolus à ne le plus faire, si l'absolution nous a été donnée, alors nous pouvons nous regarder comme en état de grâce : la meilleure preuve, c'est que nous sommes en droit de communier, et la communion exige que nous ayons la grâce habituelle.

Pour tendre un piège à sainte Jeanne d'Arc au cours de son procès, un de ses juges lui demanda :
— Savez-vous si fous êtes en état de grâce ?
Si elle avait répondu oui, on l'aurait accusée de fol orgueil ; si elle avait dit non, on l'aurait traitée d'hérétique et de pécheresse digne du bûcher... On croyait bien la tenir!... Mais elle répondit simplement :
— Si j'y suis, Dieu m'y laisse ! Si je n'y suis pas, Dieu m'y mette!
Elle ajouta d'ailleurs, ce que tout bon chrétien devrait pouvoir dire :
— Je serais la plus dolente créature, si je ne croyais pas être en la grâce de Dieu.

Commenter cet article