« Seigneur, à qui irions-nous ? vous avez les paroles de la vie éternelle. » (Jn 6,68)

" Le Christ n'enlève rien et il donne tout " (Benoît XVI)

Notre dame du Sacré Coeur

" Monsieur l'abbé, vous pouvez nous raconter des histoires? "

Au camp d'été, deux louvettes, élèves du catéchisme pendant l'année, se souvenaient que leur aumônier racontait de saintes histoires pour illustrer les cours du mercredi après-midi. Quand les activités leur laissaient un peu de répit et qu'elles voyaient au loin l'abbé, elles courraient vers lui et avec un grand sourire lui demandaient:

" Monsieur l'abbé vous pouvez nous raconter des histoires? "

Et monsieur l'abbé répondait:

"Vous voulez des histoires ? Venez on va s'asseoir à l'ombre. Connaissez vous celle de...?"

On s'asseyait et en quelques instants ce n'étaient pas deux mais cinq, six, dix louvettes qui accouraient pour écouter.

Bienvenue sur le blog "Histoires saintes" animé par un prêtre. Bien souvent les catéchistes cherchent à illustrer leurs leçons par des exemples et des histoires visant à captiver l'attention des enfants tout en gravant les vérités saintes dans leur esprit et dans leur cœur. Ce blog voudrait leur faciliter la  tache.

Publié par Histoires saintes

HISTOIRES pour l'Explication du Catéchisme à l'usage des Diocèses de France

QUARANTE-NEUVIÈME LEÇON

La prière.

CINQUANTIÈME LEÇON

L'oraison dominicale.

CINQUANTE-ET-UNIÈME LEÇON

La salutation angélique.


Le cheval de saint Bernard

Un jour, saint Bernard, se faisant conduire par un laboureur, voulut profiter de l'occasion pour donner à cet homme quelque bons avis et il lui parlait des distractions afin de lui enseigner à les éviter. Pour rendre sa leçon plus efficace, il se mettait lui-même en jeu, se plaignant de ne pouvoir prier sans être trop souvent distrait par des pensées étrangères, en un mot, par des distractions.

« Comment, dit le paysan surpris, vous. avez des distractions ? Moi, je n'en ai jamais. »

Le saint comprit vite que son compagnon ne se rendait pas compte de ses sentiments, et pour le faire rentrer en lui-même :

« Ah ! vous n'avez pas de distractions en priant ? Eh bien, si cela est vrai, récitez sans distraction un Pater et je vous donnerai mon cheval. »

Le laboureur, enchanté du défi, se hâta de commencer l'Oraison dominicale, mais il .n'était pas encore au milieu qu'il s'interrompit pour dire :

« Et me donnerez-vous la selle avec le cheval ?

— Vous n'aurez ni l'un ni l'autre », reprit saint Bernard. « Reconnaissez donc que vous aussi vous avez des distractions. Rien n'est plus fréquent. Cela tient à la faiblesse de notre esprit et à la mobilité de notre cœur. »

Commenter cet article