« Seigneur, à qui irions-nous ? vous avez les paroles de la vie éternelle. » (Jn 6,68)

" Le Christ n'enlève rien et il donne tout " (Benoît XVI)

Notre dame du Sacré Coeur

" Monsieur l'abbé, vous pouvez nous raconter des histoires? "

Au camp d'été, deux louvettes, élèves du catéchisme pendant l'année, se souvenaient que leur aumônier racontait de saintes histoires pour illustrer les cours du mercredi après-midi. Quand les activités leur laissaient un peu de répit et qu'elles voyaient au loin l'abbé, elles courraient vers lui et avec un grand sourire lui demandaient:

" Monsieur l'abbé vous pouvez nous raconter des histoires? "

Et monsieur l'abbé répondait:

"Vous voulez des histoires ? Venez on va s'asseoir à l'ombre. Connaissez vous celle de...?"

On s'asseyait et en quelques instants ce n'étaient pas deux mais cinq, six, dix louvettes qui accouraient pour écouter.

Bienvenue sur le blog "Histoires saintes" animé par un prêtre. Bien souvent les catéchistes cherchent à illustrer leurs leçons par des exemples et des histoires visant à captiver l'attention des enfants tout en gravant les vérités saintes dans leur esprit et dans leur cœur. Ce blog voudrait leur faciliter la  tache.

Publié par Histoires saintes

HISTOIRES pour l'Explication du Catéchisme à l'usage des Diocèses de France

CINQUANTE-DEUXIÈME LEÇON

Les sacrements en général.

CINQUANTE-TROISIÈME LEÇON

Le baptême.

CINQUANTE-QUATRIÈME LEÇON

La confirmation.


Bienfait du Baptême

Un prêtre confessait, à l'heure de la mort, un vieux soldat. Celui-ci témoignait une si grande douleur de ses fautes et un tel sentiment de profonde joie mêlée d'espérance, quoiqu'il eût mal vécu toute sa vie, que le prêtre étonné lui demanda si, cherchant bien dans ses souvenirs, il ne se rappellerait pas avoir fait quelque action remarquable.

« Aucune, répondit le vieux soldat, il n'y a dans ma mémoire que des iniquités.

— Mais ceci est mystérieux, reprend le prêtre; cherchez bien, vous avez dû, ne fût-ce que par mégarde, faire quelque bonne œuvre.

— Ah! pardon, je m'en rappelle une, mais une seule.
J'étais en Amérique. Je rencontrai sur les bords d'un ruisseau une négresse, qui tenait un petit enfant dans ses bras et s'apprêtait à le précipiter dans le torrent. Il me vint tout à coup une bonne pensée, et je lui dis : « Femme, veux-tu que ton enfant soit chrétien? — Chrétien, soit, répondit-elle, pourvu qu'il ne soit pas esclave comme sa mère. »
— Je pris le petit innocent de ses bras, je le baptisai et le lui rendis. Si c'est là une bonne action, c'est la seule que j'ai faite en ma vie. »

Commenter cet article