« Seigneur, à qui irions-nous ? vous avez les paroles de la vie éternelle. » (Jn 6,68)

" Le Christ n'enlève rien et il donne tout " (Benoît XVI)

Notre dame du Sacré Coeur

" Monsieur l'abbé, vous pouvez nous raconter des histoires? "

Au camp d'été, deux louvettes, élèves du catéchisme pendant l'année, se souvenaient que leur aumônier racontait de saintes histoires pour illustrer les cours du mercredi après-midi. Quand les activités leur laissaient un peu de répit et qu'elles voyaient au loin l'abbé, elles courraient vers lui et avec un grand sourire lui demandaient:

" Monsieur l'abbé vous pouvez nous raconter des histoires? "

Et monsieur l'abbé répondait:

"Vous voulez des histoires ? Venez on va s'asseoir à l'ombre. Connaissez vous celle de...?"

On s'asseyait et en quelques instants ce n'étaient pas deux mais cinq, six, dix louvettes qui accouraient pour écouter.

Bienvenue sur le blog "Histoires saintes" animé par un prêtre. Bien souvent les catéchistes cherchent à illustrer leurs leçons par des exemples et des histoires visant à captiver l'attention des enfants tout en gravant les vérités saintes dans leur esprit et dans leur cœur. Ce blog voudrait leur faciliter la  tache.

Publié par Histoires saintes

Les sacrements: Un enfant martyr

HISTOIRES pour l'Explication du Catéchisme à l'usage des Diocèses de France

CINQUANTE-DEUXIÈME LEÇON

Les sacrements en général.

CINQUANTE-TROISIÈME LEÇON

Le baptême.

CINQUANTE-QUATRIÈME LEÇON

La confirmation.


Un enfant martyr

A la mort du P. Spinola, brûlé au Japon en 1622 et mis au nombre des Bienheureux en 1867, il se passa une scène touchante. De son bûcher, le pieux confesseur aperçut, parmi les victimes désignées pour le supplice, la mère d'un enfant qu'il avait baptisé quatre ans auparavant. Ce souvenir émut son cœur :
— Où est mon petit Ignace? s'écria-t-il.
La mère lui montra alors l'enfant, qui, comme tous les autres, s'était revêtu de ses plus beaux vêtements pour le martyre :
— Le voilà, mon Père, lui dit-elle, il se réjouit de mourir avec vous pour son Dieu.
Puis, s'adressant à son fils, elle ajouta avec un vif sentiment de foi :
— Regarde celui qui t'a fait enfant du bon Dieu : demande-lui sa bénédiction pour toi et pour ta mère.
Ignace se jeta à genoux, les mains jointes, et le confesseur bénit le petit enfant martyr. Un cri de pitié s'échappa de toutes les bouches. Pour le comprimer, les bourreaux hâtèrent l'exécution.

l'insigne des jésuites

l'insigne des jésuites

Commenter cet article