« Seigneur, à qui irions-nous ? vous avez les paroles de la vie éternelle. » (Jn 6,68)

" Le Christ n'enlève rien et il donne tout " (Benoît XVI)

Notre dame du Sacré Coeur

" Monsieur l'abbé, vous pouvez nous raconter des histoires? "

Au camp d'été, deux louvettes, élèves du catéchisme pendant l'année, se souvenaient que leur aumônier racontait de saintes histoires pour illustrer les cours du mercredi après-midi. Quand les activités leur laissaient un peu de répit et qu'elles voyaient au loin l'abbé, elles courraient vers lui et avec un grand sourire lui demandaient:

" Monsieur l'abbé vous pouvez nous raconter des histoires? "

Et monsieur l'abbé répondait:

"Vous voulez des histoires ? Venez on va s'asseoir à l'ombre. Connaissez vous celle de...?"

On s'asseyait et en quelques instants ce n'étaient pas deux mais cinq, six, dix louvettes qui accouraient pour écouter.

Bienvenue sur le blog "Histoires saintes" animé par un prêtre. Bien souvent les catéchistes cherchent à illustrer leurs leçons par des exemples et des histoires visant à captiver l'attention des enfants tout en gravant les vérités saintes dans leur esprit et dans leur cœur. Ce blog voudrait leur faciliter la  tache.

Publié par Histoires saintes

HISTOIRES pour l'Explication du Catéchisme à l'usage des Diocèses de France

CINQUANTE-DEUXIÈME LEÇON

Les sacrements en général.

CINQUANTE-TROISIÈME LEÇON

Le baptême.

CINQUANTE-QUATRIÈME LEÇON

La confirmation.


« Une bague au doigt de Dieu. »

Une pauvre enfant, née à Gênes, fut, très jeune encore, prise par les pirates et plusieurs fois vendue comme esclave. Elle finit par tomber au pouvoir d'un homme dur et féroce, qui, un jour, la frappa d'un coup qu'il croyait mortel. Elle parvint à s'évader. Par une heureuse rencontre Mgr Dupuch, évêque d'Alger, arrivait dans la ville ; la pauvre fille le voit, elle se jette à ses pieds, en s'écriant :

« Sois mon père, et je serai ta fille. » L'évêque l'emmène et la confie aux soins des religieuses, qui se chargent de l'instruire.
Au bout de quelques mois, elle demande le baptême et veut devenir chrétienne. L'évêque, cependant, désire s'assurer si sa conversion est bien sincère. Alors elle prend un crucifix, et, le serrant dans ses bras, elle répète qu'elle ne veut pas d'autre maître que Jésus-Christ. Puis elle touche l'anneau de l'évêque et dit avec une profonde émotion :

« De même que vous portez toujours votre anneau, de même que vous le prenez et le tournez en tous sens et que jamais cet anneau ne vous échappe, de même, lorsque je serai régénérée, je serai toujours comme une bague au doigt de Dieu. »

Commenter cet article