« Seigneur, à qui irions-nous ? vous avez les paroles de la vie éternelle. » (Jn 6,68)

" Le Christ n'enlève rien et il donne tout " (Benoît XVI)

Notre dame du Sacré Coeur

" Monsieur l'abbé, vous pouvez nous raconter des histoires? "

Au camp d'été, deux louvettes, élèves du catéchisme pendant l'année, se souvenaient que leur aumônier racontait de saintes histoires pour illustrer les cours du mercredi après-midi. Quand les activités leur laissaient un peu de répit et qu'elles voyaient au loin l'abbé, elles courraient vers lui et avec un grand sourire lui demandaient:

" Monsieur l'abbé vous pouvez nous raconter des histoires? "

Et monsieur l'abbé répondait:

"Vous voulez des histoires ? Venez on va s'asseoir à l'ombre. Connaissez vous celle de...?"

On s'asseyait et en quelques instants ce n'étaient pas deux mais cinq, six, dix louvettes qui accouraient pour écouter.

Bienvenue sur le blog "Histoires saintes" animé par un prêtre. Bien souvent les catéchistes cherchent à illustrer leurs leçons par des exemples et des histoires visant à captiver l'attention des enfants tout en gravant les vérités saintes dans leur esprit et dans leur cœur. Ce blog voudrait leur faciliter la  tache.

Publié par Histoires saintes

Les sacrements: Le curé d'Ars

HISTOIRES pour l'Explication du Catéchisme à l'usage des Diocèses de France

CINQUANTE-CINQUIÈME LEÇON

L'Eucharistie.

CINQUANTE-SIXIÈME LEÇON

L'Eucharistie-sacrifice.

Le Saint sacrifice de la Messe.

CINQUANTE-SEPTIÈME LEÇON

La sainte Communion.

CINQUANTE-HUITIÈME LEÇON

Les dispositions pour bien communier.

CINQUANTE-NEUVIÈME LEÇON

La présence réelle.

Le curé d'Ars

C'était en 1820, j'avais une dizaine d'années. On nous exerçait, dans la cour du collège où je faisais mes études, à jeter des fleurs pour la procession de la Fête-Dieu, lorsque je vis apparaître un prêtre, d'un extérieur très simple, très pauvre et très humble, et un de mes camarades nous dit :

« C'est le curé d'Ars, c'est un saint. »

Je le regardai avec étonnement. Comme on lui adressa quelques-paroles polies, il s'arrêta un instant, et souriant avec bonté, il dit :

« Mes amis, quand vous jetterez des fleurs devant le Très Saint-Sacrement, cachez vos cœurs dans vos corbeilles, et envoyez-les, au milieu des roses, à Jésus-Christ. »

Puis, sans faire aucune visite, il traversa la cour et se rendit à la chapelle de l'établissement pour saluer dans son tabernacle le Maître de la maison.

Commenter cet article