« Seigneur, à qui irions-nous ? vous avez les paroles de la vie éternelle. » (Jn 6,68)

" Le Christ n'enlève rien et il donne tout " (Benoît XVI)

Notre dame du Sacré Coeur

" Monsieur l'abbé, vous pouvez nous raconter des histoires? "

Au camp d'été, deux louvettes, élèves du catéchisme pendant l'année, se souvenaient que leur aumônier racontait de saintes histoires pour illustrer les cours du mercredi après-midi. Quand les activités leur laissaient un peu de répit et qu'elles voyaient au loin l'abbé, elles courraient vers lui et avec un grand sourire lui demandaient:

" Monsieur l'abbé vous pouvez nous raconter des histoires? "

Et monsieur l'abbé répondait:

"Vous voulez des histoires ? Venez on va s'asseoir à l'ombre. Connaissez vous celle de...?"

On s'asseyait et en quelques instants ce n'étaient pas deux mais cinq, six, dix louvettes qui accouraient pour écouter.

Bienvenue sur le blog "Histoires saintes" animé par un prêtre. Bien souvent les catéchistes cherchent à illustrer leurs leçons par des exemples et des histoires visant à captiver l'attention des enfants tout en gravant les vérités saintes dans leur esprit et dans leur cœur. Ce blog voudrait leur faciliter la  tache.

Publié par histoires saintes



Sainte Thérèse avait une grande charité pour les âmes du purgatoire et les aidait autant qu'il était en elle par ses prières et ses bonnes oeuvres. Pour la récompenser Dieu lui montrait fréquemment les âmes qu'elle avait délivrées ; elle les voyait au moment de leur sortie de l'expiation et de leur entrée dans le ciel. Or, elles sortaient généralement du sein de la terre.

« On m'annonça, écrit-elle (1), la mort d'un religieux, qui avait été jadis provincial de cette province, et qui l'était alors d'une autre ; j'avais eu des rapports avec lui, et il m'avait rendu de bons offices. Cette nouvelle me causa un grand trouble. Quoique ce fût un homme recommandable par bien des vertus, j'appréhendais pour le salut de son âme, parce qu'il avait été durant vingt ans supérieur, et que je crains toujours beaucoup pour ceux qui ont charge d'âmes. Je m'en allai fort triste à un oratoire ; là je conjurai Notre Seigneur d'appliquer à ce religieux le peu de bien que j'avais fait en ma vie, et de suppléer au reste par ses mérites infinis, afin de tirer son âme du purgatoire.
« Pendant que je demandais cette grâce avec toute la ferveur dont j'étais capable, je vis, à mon côté droit, cette âme sortir du fond de la terre et monter au ciel dans des transports d'allégresse. Bien que ce Père fût  fort âgé, il m'apparut sous les traits d'un homme qui n'avait pas encore trente ans, et avec un visage tout resplendissant de lumière. Cette vision fort courte dans sa durée me laissa inondée de joie, et sans ombre de doute sur la vérité de ce que j'avais vu. Comme j'étais séparée par une grande distance de l'endroit où ce serviteur de Dieu avait fini ses jours, je n'appris qu'après un certain temps les particularités de sa mort édifiante : tous ceux qui en furent témoins ne purent voir sans admiration la connaissance qu'il garda jusqu'au dernier moment, les larmes qu'il versait, et les sentiments d'humilité dans lesquels il rendit son âme à Dieu.

« Une religieuse de ma communauté, grande servante  de Dieu, était décédée il n'y avait pas encore deux jours. On célébrait l'office des morts pour elle dans le chœur ; une soeur disait une leçon, et j'étais debout pour dire le verset : à la moitié de la leçon, je vis l'âme de cette religieuse sortir, comme celle dont je viens de parler, du fond de la terre, et s'en aller au ciel. Cette vision fut purement intellectuelle, tandis que la précédente s'était présentée à moi sous des images. Mais l'une et l'autre laissent à l'âme une égale certitude.

« Dans ce même monastère venait de mourir, à l'âge de dix-huit ou vingt ans, une autre religieuse, vrai modèle de ferveur, de régularité et de vertu. Sa vie n'avait été qu'un tissu de maladies et de souffrances patiemment supportées. Je ne doutais point qu'après avoir ainsi vécu, elle n'eût plus de mérites qu'il ne lui en fallait pour être exempte du purgatoire. Cependant, tandis que j'étais à l'office, avant qu'on la portât en terre, et environ quatre heures après sa mort, je vis son âme sortir également de terre et monter au ciel. »

Voilà ce qu'écrit sainte Thérèse.

(1) Vie de sainte Thérèse écrite par elle-même, chap. 38.

 

 

Abbé François-Xavier Schouppe,s.j. (1823-1904)
Le Dogme du Purgatoire
illustré par des Faits et des Révélations Particulières

Commenter cet article