« Seigneur, à qui irions-nous ? vous avez les paroles de la vie éternelle. » (Jn 6,68)

" Le Christ n'enlève rien et il donne tout " (Benoît XVI)

Notre dame du Sacré Coeur

" Monsieur l'abbé, vous pouvez nous raconter des histoires? "

Au camp d'été, deux louvettes, élèves du catéchisme pendant l'année, se souvenaient que leur aumônier racontait de saintes histoires pour illustrer les cours du mercredi après-midi. Quand les activités leur laissaient un peu de répit et qu'elles voyaient au loin l'abbé, elles courraient vers lui et avec un grand sourire lui demandaient:

" Monsieur l'abbé vous pouvez nous raconter des histoires? "

Et monsieur l'abbé répondait:

"Vous voulez des histoires ? Venez on va s'asseoir à l'ombre. Connaissez vous celle de...?"

On s'asseyait et en quelques instants ce n'étaient pas deux mais cinq, six, dix louvettes qui accouraient pour écouter.

Bienvenue sur le blog "Histoires saintes" animé par un prêtre. Bien souvent les catéchistes cherchent à illustrer leurs leçons par des exemples et des histoires visant à captiver l'attention des enfants tout en gravant les vérités saintes dans leur esprit et dans leur cœur. Ce blog voudrait leur faciliter la  tache.

Publié par histoires saintes

HISTOIRES pour l'Explication du Catéchisme à l'usage des Diocèses de France

QUATORZIÈME LEÇON : Le Mystère de la Rédemption.
 
QUINZIÈME LEÇON : La  Résurrection de Notre-Seigneur Jésus-Christ.
 
SEIZIÈME LEÇON : La Divinité de Jésus-Christ.

Notice sur les reliques de la Passion.

 

Près de Saint-Jean-de-Latran se trouve l'escalier en marbre blanc que monta le Sauveur pour se rendre au palais de Pilate; il a vingt-huit marches. Jésus-Christ le monta trois fois pendant sa Passion : la première, pour son interrogatoire; la seconde, en revenant de chez Hérode; la troisième, après sa flagellation.

 

Transporté à Rome, sur l'ordre de Constantin, il a été tellement usé par les fidèles qui le montaient à genoux, qu'on a été obligé de le revêtir de tables épaisses de bois de noyer; ces tables ont déjà été renouvelées plusieurs fois.

 

La colonne de la flagellation est conservée dans l'église de Sainte-Praxède.

 

La couronne d'épines, le manteau d'écarlate, le saint roseau furent déposés, par saint Louis, dans le magnifique monument connu sous le nom de Sainte-Chapelle. Là se trouve aussi l'éponge du Calvaire. A la Révolution, ces reliques furent sauvées par des mains pieuses, puis déposées plus tard au trésor de Notre-Darne; pendant la Semaine Sainte, on les expose à la vénération des fidèles.

 

Aix possède le linge dont furent entourés les reins du Sauveur sur la croix; Argenteuil, la tunique, ouvrage de la Sainte Vierge; Trèves, la sainte robe, que l'on montre à des époques déterminées.

 

A Saint-Pierre de Rome, on voit la lance qui perça le cœur de Jésus, le voile de sainte Véronique; à Turin, le saint Suaire; à Besançon et dans quelques autres villes, les linges sacrés dont fut enveloppé le corps de Jésus-Christ.

 

L'église de Sainte-Croix, à Rome, possède un morceau important de la vraie Croix, l'écriteau qui la surmontait, deux des clous qui percèrent les pieds et les. mains du Sauveur.

Commenter cet article