« Seigneur, à qui irions-nous ? vous avez les paroles de la vie éternelle. » (Jn 6,68)

" Le Christ n'enlève rien et il donne tout " (Benoît XVI)

Notre dame du Sacré Coeur

" Monsieur l'abbé, vous pouvez nous raconter des histoires? "

Au camp d'été, deux louvettes, élèves du catéchisme pendant l'année, se souvenaient que leur aumônier racontait de saintes histoires pour illustrer les cours du mercredi après-midi. Quand les activités leur laissaient un peu de répit et qu'elles voyaient au loin l'abbé, elles courraient vers lui et avec un grand sourire lui demandaient:

" Monsieur l'abbé vous pouvez nous raconter des histoires? "

Et monsieur l'abbé répondait:

"Vous voulez des histoires ? Venez on va s'asseoir à l'ombre. Connaissez vous celle de...?"

On s'asseyait et en quelques instants ce n'étaient pas deux mais cinq, six, dix louvettes qui accouraient pour écouter.

Bienvenue sur le blog "Histoires saintes" animé par un prêtre. Bien souvent les catéchistes cherchent à illustrer leurs leçons par des exemples et des histoires visant à captiver l'attention des enfants tout en gravant les vérités saintes dans leur esprit et dans leur cœur. Ce blog voudrait leur faciliter la  tache.

Publié par histoires saintes

 HISTOIRES pour l'Explication du Catéchisme à l'usage des Diocèses de France

DEUXIÈME PARTIE
 
Les commandements à pratiquer
 
 
VINGT-SEPTIÈME LEÇON

Le culte dû à Dieu et à Jésus-Christ.
 
VINGT-HUITIÈME LEÇON

Le culte dû à la Sainte Vierge et aux Saints.
 
VINGT-NEUVIÈME LEÇON

Le respect dû au nom de Dieu.

Des mandarins déconcertés.

 

En 1721, tous les tribunaux du Tong-King furent encombrés de chrétiens attendant leur jugement. Un saint personnage, parvenu à la vieillesse, reçut, le premier, l'ordre de fouler la croix aux pieds. On espérait influencer, par son exemple, les chrétiens plus jeunes. Relevant la croix de terre, il la pressa sur sa poitrine, et s'écria en présence des païens :

 

« Mon Seigneur et mon Dieu, vous qui pénétrez le fond des cœurs, vous connaissez les secrets du mien: je désire qu'ils soient aussi connus de ceux qui veulent m'effrayer par leurs menaces, pour qu'ils sachent que ni les tourments, ni la mort la plus cruelle ne pourront jamais me séparer de votre amour. »

 

Les mandarins, en choisissant cette victime, avaient manqué leur but; ils furent déconcertés et renvoyèrent, ce jour-là, le vieillard en prison. Le martyre ne fut qu'ajourné.

Commenter cet article