« Seigneur, à qui irions-nous ? vous avez les paroles de la vie éternelle. » (Jn 6,68)

" Le Christ n'enlève rien et il donne tout " (Benoît XVI)

Notre dame du Sacré Coeur

" Monsieur l'abbé, vous pouvez nous raconter des histoires? "

Au camp d'été, deux louvettes, élèves du catéchisme pendant l'année, se souvenaient que leur aumônier racontait de saintes histoires pour illustrer les cours du mercredi après-midi. Quand les activités leur laissaient un peu de répit et qu'elles voyaient au loin l'abbé, elles courraient vers lui et avec un grand sourire lui demandaient:

" Monsieur l'abbé vous pouvez nous raconter des histoires? "

Et monsieur l'abbé répondait:

"Vous voulez des histoires ? Venez on va s'asseoir à l'ombre. Connaissez vous celle de...?"

On s'asseyait et en quelques instants ce n'étaient pas deux mais cinq, six, dix louvettes qui accouraient pour écouter.

Bienvenue sur le blog "Histoires saintes" animé par un prêtre. Bien souvent les catéchistes cherchent à illustrer leurs leçons par des exemples et des histoires visant à captiver l'attention des enfants tout en gravant les vérités saintes dans leur esprit et dans leur cœur. Ce blog voudrait leur faciliter la  tache.

Publié par histoires saintes

HISTOIRES pour l'Explication du Catéchisme à l'usage des Diocèses de France


LEÇON PRÉLIMINAIRE

Pourquoi je dois apprendre mon catéchisme

Un colonel et le catéchisme.

 

— Un brave colonel, désireux de vivre en bon chrétien, mais très peu savant en religion, alla passer quelques jours de retraite dans une communauté religieuse. Après un entretien qui le fixa complètement sur l'instruction religieuse du colonel, le supérieur de la maison lui remit un petit livre, en l'engageant à le lire attentivement.

 

« Mais c'est un catéchisme, s'écria l'officier supérieur; vous voulez donc, mon père, me mettre à l'A B C de la religion?

— Dans la vie des camps, vous avez peut-être oublié quelque peu les vérités de la Foi.

— Je puis vous certifier, mon père, qu'à dix ans je savais mon catéchisme par cœur.

— Il y a si longtemps de cela, colonel, qu'il serait peut-être bon de vous rafraîchir la mémoire. Dans tous les cas, prenez ce petit livre, jetez-y un coup d'œil, et nous en reparlerons ce soir.

— Parlons-en plutôt tout de suite et vous verrez. »


Le supérieur, dès les premières questions, mit le colonel en grand embarras; il ne savait plus s'il y avait deux personnes ou deux natures en J.-C., etc. — Il avoua alors franchement que, s'il avait su son catéchisme à dix ans, il ne le savait plus à cinquante, ajoutant que « il était bon d'étudier son catéchisme à tous les âges ».

Commenter cet article