« Seigneur, à qui irions-nous ? vous avez les paroles de la vie éternelle. » (Jn 6,68)

" Le Christ n'enlève rien et il donne tout " (Benoît XVI)

Notre dame du Sacré Coeur

" Monsieur l'abbé, vous pouvez nous raconter des histoires? "

Au camp d'été, deux louvettes, élèves du catéchisme pendant l'année, se souvenaient que leur aumônier racontait de saintes histoires pour illustrer les cours du mercredi après-midi. Quand les activités leur laissaient un peu de répit et qu'elles voyaient au loin l'abbé, elles courraient vers lui et avec un grand sourire lui demandaient:

" Monsieur l'abbé vous pouvez nous raconter des histoires? "

Et monsieur l'abbé répondait:

"Vous voulez des histoires ? Venez on va s'asseoir à l'ombre. Connaissez vous celle de...?"

On s'asseyait et en quelques instants ce n'étaient pas deux mais cinq, six, dix louvettes qui accouraient pour écouter.

Bienvenue sur le blog "Histoires saintes" animé par un prêtre. Bien souvent les catéchistes cherchent à illustrer leurs leçons par des exemples et des histoires visant à captiver l'attention des enfants tout en gravant les vérités saintes dans leur esprit et dans leur cœur. Ce blog voudrait leur faciliter la  tache.

Publié par histoires saintes



C'était en Bretagne, à l'époque sanglante de, la Révolution. Un jour, les Jacobins arrivent au village du Chêne, près de Martigné, chez un brave fermier, appelé Chantebel, On découvre dans sa chaumière un catéchisme. Chantebel est arrêté sur l'heure ; mais, d'un mouvement rapide, il a saisi son petit livre et, de ses mains robustes, rien ne peut l'arracher. Alors on décide de l'emmener à Martigné où le comité révolutionnaire le condamne à brûler son catéchisme en place publique.

« Mon catéchisme est bon, dit Chantebel, Il faudra me bruller moi-même avant qu'on le détruise. »

On l'entraîne alors dans les rues de Martigné au milieu de huées féroces, mais rien ne trouble son visage ni son cœur. Sa femme, digne compagne du vaillant chrétien, marchait à ses côtés en lui disant :

« Tiens ferme, mon ami, c'est pour le bon Dieu. »

Chantebel tint si bien ferme que la horde impie fut obligée de céder et il revint au village comme en triomphe, avec son catéchisme.

Commenter cet article