« Seigneur, à qui irions-nous ? vous avez les paroles de la vie éternelle. » (Jn 6,68)

" Le Christ n'enlève rien et il donne tout " (Benoît XVI)

Notre dame du Sacré Coeur

" Monsieur l'abbé, vous pouvez nous raconter des histoires? "

Au camp d'été, deux louvettes, élèves du catéchisme pendant l'année, se souvenaient que leur aumônier racontait de saintes histoires pour illustrer les cours du mercredi après-midi. Quand les activités leur laissaient un peu de répit et qu'elles voyaient au loin l'abbé, elles courraient vers lui et avec un grand sourire lui demandaient:

" Monsieur l'abbé vous pouvez nous raconter des histoires? "

Et monsieur l'abbé répondait:

"Vous voulez des histoires ? Venez on va s'asseoir à l'ombre. Connaissez vous celle de...?"

On s'asseyait et en quelques instants ce n'étaient pas deux mais cinq, six, dix louvettes qui accouraient pour écouter.

Bienvenue sur le blog "Histoires saintes" animé par un prêtre. Bien souvent les catéchistes cherchent à illustrer leurs leçons par des exemples et des histoires visant à captiver l'attention des enfants tout en gravant les vérités saintes dans leur esprit et dans leur cœur. Ce blog voudrait leur faciliter la  tache.

Publié par Histoires saintes

HISTOIRES pour l'Explication du Catéchisme à l'usage des Diocèses de France

DEUXIÈME PARTIE

Les commandements à pratiquer

TRENTE-QUATRIÈME LEÇON

La pureté.

La beauté de l'innocence.

J'ai toujours vu que les jeunes gens corrompus de bonne heure et livrés à la débauche étaient inhumains et cruels. La fougue du tempérament les rendait impatients, vindicatifs, furieux. Leur imagination, pleine d'un seul objet, se refusait à tout le reste ; ils ne connaissaient ni pitié ni miséricorde ; ils auraient sacrifié père et mère et l'univers entier pour satisfaire un seul de leurs désirs. Au contraire, un jeune homme élevé dans une heureuse simplicité est porté, par les premiers mouvements de la nature, vers les passions tendres et affectueuses : son cœur compatissant s'émeut sur les peines de ses semblables... Oui, je le soutiens, un enfant qui a conservé son innocence jusqu'à vingt ans, est à cet âge le plus généreux, le meilleur, le plus aimant et le plus aimable des hommes.
On ne vous a jamais rien dit de semblable?... Je le crois bien !... Vos philosophes, élevés dans la corruption, n'ont garde de savoir cela. (J.-J, Rousseau.)

Commenter cet article