« Seigneur, à qui irions-nous ? vous avez les paroles de la vie éternelle. » (Jn 6,68)

" Le Christ n'enlève rien et il donne tout " (Benoît XVI)

Notre dame du Sacré Coeur

" Monsieur l'abbé, vous pouvez nous raconter des histoires? "

Au camp d'été, deux louvettes, élèves du catéchisme pendant l'année, se souvenaient que leur aumônier racontait de saintes histoires pour illustrer les cours du mercredi après-midi. Quand les activités leur laissaient un peu de répit et qu'elles voyaient au loin l'abbé, elles courraient vers lui et avec un grand sourire lui demandaient:

" Monsieur l'abbé vous pouvez nous raconter des histoires? "

Et monsieur l'abbé répondait:

"Vous voulez des histoires ? Venez on va s'asseoir à l'ombre. Connaissez vous celle de...?"

On s'asseyait et en quelques instants ce n'étaient pas deux mais cinq, six, dix louvettes qui accouraient pour écouter.

Bienvenue sur le blog "Histoires saintes" animé par un prêtre. Bien souvent les catéchistes cherchent à illustrer leurs leçons par des exemples et des histoires visant à captiver l'attention des enfants tout en gravant les vérités saintes dans leur esprit et dans leur cœur. Ce blog voudrait leur faciliter la  tache.

Publié par Histoires saintes

Les biens temporels du prochain : Honnêteté de saint Eloi

HISTOIRES pour l'Explication du Catéchisme à l'usage des Diocèses de France

DEUXIÈME PARTIE

Les commandements à pratiquer

TRENTE-CINQUIÈME LEÇON

Les biens temporels du prochain.

Honnêteté de saint Eloi.

Alors que saint Eloi n'était encore que simple orfèvre, Clotaire II, père de Dagobert 1er, informé de son habileté, jeta les yeux sur lui pour lui confier l'exécution d'un trône d'or, enrichi de pierreries. Le roi lui fit donner pour cela une grande quantité d'or et de pierreries, que le saint ne reçut qu'après avoir tout fait peser. II travailla sur le modèle qu'on lui avait donné; mais, au lieu d'un siège, il en fabriqua deux. II en présenta d'abord un à Clotaire, le roi en fut très content. II lui présenta ensuite le second. Le prince, qui ne s'y attendait nullement, fut fort surpris; et comme il ne pouvait se persuader que la matière fournie à Eloi eût été suffisante pour faire les deux trônes, on eut recours à la balance, et le poids se trouva être celui que l'on avait donné. Le roi, charmé de la probité et de la droiture d'Eloi, pensa justement qu'on pouvait bien se fier à lui dans Ies choses importantes.

Commenter cet article