« Seigneur, à qui irions-nous ? vous avez les paroles de la vie éternelle. » (Jn 6,68)

" Le Christ n'enlève rien et il donne tout " (Benoît XVI)

Notre dame du Sacré Coeur

" Monsieur l'abbé, vous pouvez nous raconter des histoires? "

Au camp d'été, deux louvettes, élèves du catéchisme pendant l'année, se souvenaient que leur aumônier racontait de saintes histoires pour illustrer les cours du mercredi après-midi. Quand les activités leur laissaient un peu de répit et qu'elles voyaient au loin l'abbé, elles courraient vers lui et avec un grand sourire lui demandaient:

" Monsieur l'abbé vous pouvez nous raconter des histoires? "

Et monsieur l'abbé répondait:

"Vous voulez des histoires ? Venez on va s'asseoir à l'ombre. Connaissez vous celle de...?"

On s'asseyait et en quelques instants ce n'étaient pas deux mais cinq, six, dix louvettes qui accouraient pour écouter.

Bienvenue sur le blog "Histoires saintes" animé par un prêtre. Bien souvent les catéchistes cherchent à illustrer leurs leçons par des exemples et des histoires visant à captiver l'attention des enfants tout en gravant les vérités saintes dans leur esprit et dans leur cœur. Ce blog voudrait leur faciliter la  tache.

Publié par Histoires saintes

Les biens temporels du prochain : Le marchand de chèvres

HISTOIRES pour l'Explication du Catéchisme à l'usage des Diocèses de France

DEUXIÈME PARTIE

Les commandements à pratiquer

TRENTE-CINQUIÈME LEÇON

Les biens temporels du prochain.

Le marchand de chèvres

Saint Spyridon, évêque de Chypre, ami des pauvres, s'occupait lui-même de l'exploitation des domaines de son évêché. Or, un marchand, lui ayant acheté cent chèvres, ne lui en paya que quatre-vingt-dix-neuf, croyant que le Saint ne s'était point aperçu de la fraude. Spyridon, ayant appelé son régisseur, lui dit :

« Que cet homme prenne dans nos troupeaux autant de chèvres qu’il m'en a payé. »

Le marchand choisit cent chèvres et voulut les emmener. Mais il arriva que quatre-vingt-dix-neuf seulement le suivirent; la centième résista à tous ses efforts; et, quand il prit le parti de l'emporter, elle se mit à pousser des cris si perçants, et à lui donner de si violents coups de cornes, que les serviteurs de l'évêque accoururent pour voir ce qui se passait.

Le Saint sortit aussi, et avec une grande douceur, il dit au marchand :

« Peut-être cette chèvre ne veut-elle pas vous suivre, parce que vous avez oublié de la payer. »

Le marchand se jeta aux genoux de l'évêque, et, en lui confessant sa faute, lui remit le prix de la centième chèvre qui s'approcha de lui en bêlant, et ne fit plus de difficultés pour l'accompagner.

Commenter cet article