« Seigneur, à qui irions-nous ? vous avez les paroles de la vie éternelle. » (Jn 6,68)

" Le Christ n'enlève rien et il donne tout " (Benoît XVI)

Notre dame du Sacré Coeur

" Monsieur l'abbé, vous pouvez nous raconter des histoires? "

Au camp d'été, deux louvettes, élèves du catéchisme pendant l'année, se souvenaient que leur aumônier racontait de saintes histoires pour illustrer les cours du mercredi après-midi. Quand les activités leur laissaient un peu de répit et qu'elles voyaient au loin l'abbé, elles courraient vers lui et avec un grand sourire lui demandaient:

" Monsieur l'abbé vous pouvez nous raconter des histoires? "

Et monsieur l'abbé répondait:

"Vous voulez des histoires ? Venez on va s'asseoir à l'ombre. Connaissez vous celle de...?"

On s'asseyait et en quelques instants ce n'étaient pas deux mais cinq, six, dix louvettes qui accouraient pour écouter.

Bienvenue sur le blog "Histoires saintes" animé par un prêtre. Bien souvent les catéchistes cherchent à illustrer leurs leçons par des exemples et des histoires visant à captiver l'attention des enfants tout en gravant les vérités saintes dans leur esprit et dans leur cœur. Ce blog voudrait leur faciliter la  tache.

Publié par Histoires saintes

HISTOIRES pour l'Explication du Catéchisme à l'usage des Diocèses de France

DEUXIÈME PARTIE

Les commandements à pratiquer

TRENTE-CINQUIÈME LEÇON

Les biens temporels du prochain.

Le penchant des enfants au vol.

Lorsque des enfants montrent quelque penchant au vol, on ne saurait trop tôt les corriger.

Un jeune garçon de six ou sept ans, des environs de Sens, se présentait tout joyeux à son père. Il venait de la ville et portait à la main un petit canon de cuivre.

- Ah! Ah! mon garçon, lui dit son père, j'espère que tu as là-un beau canon! Et qui t'a fait ce cadeau?

—Personne! c'est moi qui viens de l'acheter à Sens.

— Et qui vous a donné de l'argent, s'il vous plait? reprit vivement le père.

— Papa, j'ai trouvé une pièce de vingt sous.

— Et où l'avez-vous trouvée?

— Sur la cheminée de votre chambre.

Monsieur, lui dit le père, vous aurez du pain sec à diner. Ce qui est sur la cheminée n'est pas perdu; et, quand il le serait, vous n'avez pas le droit d'en disposer. »

Saint Augustin avoue qu'il ne manquait de rien chez ses parents, mais qu'un jour il déroba des poires qui n'étaient ni bien belles, ni très bonnes. Il n'en mangea qu'une partie, jeta le reste, le tout pour le seul plaisir de voler et de pécher. Il ajoute qu'il n'aurait pas commis cette faute s'il eût été seul, mais il se trouvait avec un groupe de mauvais garnements.

Commenter cet article