« Seigneur, à qui irions-nous ? vous avez les paroles de la vie éternelle. » (Jn 6,68)

" Le Christ n'enlève rien et il donne tout " (Benoît XVI)

Notre dame du Sacré Coeur

" Monsieur l'abbé, vous pouvez nous raconter des histoires? "

Au camp d'été, deux louvettes, élèves du catéchisme pendant l'année, se souvenaient que leur aumônier racontait de saintes histoires pour illustrer les cours du mercredi après-midi. Quand les activités leur laissaient un peu de répit et qu'elles voyaient au loin l'abbé, elles courraient vers lui et avec un grand sourire lui demandaient:

" Monsieur l'abbé vous pouvez nous raconter des histoires? "

Et monsieur l'abbé répondait:

"Vous voulez des histoires ? Venez on va s'asseoir à l'ombre. Connaissez vous celle de...?"

On s'asseyait et en quelques instants ce n'étaient pas deux mais cinq, six, dix louvettes qui accouraient pour écouter.

Bienvenue sur le blog "Histoires saintes" animé par un prêtre. Bien souvent les catéchistes cherchent à illustrer leurs leçons par des exemples et des histoires visant à captiver l'attention des enfants tout en gravant les vérités saintes dans leur esprit et dans leur cœur. Ce blog voudrait leur faciliter la  tache.

Publié par Histoires saintes

HISTOIRES pour l'Explication du Catéchisme à l'usage des Diocèses de France

DEUXIÈME PARTIE

Les commandements à pratiquer

TRENTE-CINQUIÈME LEÇON

Les biens temporels du prochain

Le sac de terre.

Un homme riche avait usurpé à une pauvre femme l'unique champ qu'elle possédait. Un jour, comme il se promenait dans son champ, la pauvre veuve vint à lui et lui dit, les larmes aux yeux :

« Je viens vous prier de m'accorder une faveur, celle d'emporter de l'héritage de mes pères, seulement autant de terre que ce sac pourra en contenir.

— Volontiers. »

La veuve ayant rempli son sac, pria le riche de l’aider à le mettre sur ses épaules. Comme il essayait de soulever le sac :

« Cela m'est impossible, s'écria-t-il.

Eh bien ! lui répondit la veuve, si ce sac plein de terre vous parait trop lourd, comment ferez-vous pour porter, durant toute l'éternité, ce champ que des milliers de sacs ne sauraient contenir »

Ce langage épouvanta l'usurpateur, et il s'empressa de rendre à la veuve le champ qui Iui appartenait.

Commenter cet article