« Seigneur, à qui irions-nous ? vous avez les paroles de la vie éternelle. » (Jn 6,68)

" Le Christ n'enlève rien et il donne tout " (Benoît XVI)

Notre dame du Sacré Coeur

" Monsieur l'abbé, vous pouvez nous raconter des histoires? "

Au camp d'été, deux louvettes, élèves du catéchisme pendant l'année, se souvenaient que leur aumônier racontait de saintes histoires pour illustrer les cours du mercredi après-midi. Quand les activités leur laissaient un peu de répit et qu'elles voyaient au loin l'abbé, elles courraient vers lui et avec un grand sourire lui demandaient:

" Monsieur l'abbé vous pouvez nous raconter des histoires? "

Et monsieur l'abbé répondait:

"Vous voulez des histoires ? Venez on va s'asseoir à l'ombre. Connaissez vous celle de...?"

On s'asseyait et en quelques instants ce n'étaient pas deux mais cinq, six, dix louvettes qui accouraient pour écouter.

Bienvenue sur le blog "Histoires saintes" animé par un prêtre. Bien souvent les catéchistes cherchent à illustrer leurs leçons par des exemples et des histoires visant à captiver l'attention des enfants tout en gravant les vérités saintes dans leur esprit et dans leur cœur. Ce blog voudrait leur faciliter la  tache.

Publié par un prêtre

Saint Dominique Savio et les fins dernières

Lorsque quelqu’un se préoccupe de l’imminence de la fin des temps, il est parfois d’usage de citer la réponse de Saint Dominique Savio à qui l’on demandait ce qu’il ferait s’il ne lui restait plus que quelques instants à vivre, avant sa mort, ou avant la fin du monde : « Je continuerais à jouer ». Il était alors en train de jouer au ballon avec ses camarades, et ceux-ci avaient répondu de façon différente : ils iraient immédiatement prier à la chapelle et demander pardon pour leurs fautes.

Faut-il en conclure que pour le jeune Dominique Savio, il était plus important de s’amuser que de se préparer à sa propre mort, ou à la fin des temps, au cas l’un de ces évènements survenait inopinément ?

Pour comprendre le sens de sa réponse, recherchons donc quelques-unes des autres paroles de ce petit homme, véritable géant en sagesse et en sainteté :

« Résolutions prises par moi, Dominique Savio, l'an 1849, quand j'ai fait ma première communion à l'âge de sept ans :

1. Je me confesserai souvent, et je communierai toutes les fois que mon confesseur me le permettra,

2. Je veux sanctifier les jours de fête,

3. Mes amis seront Jésus et Marie,

4. La mort plutôt que le péché. »

Plus tard : «Je ne souffre d'aucun mal, mais plutôt d'un bien : j'éprouve le désir et le besoin d'être un saint. Je ne croyais pas que ce fût si facile, mais maintenant je sais que la sainteté n'empêche pas la gaieté. Je veux être saint : c'est pour moi un besoin impérieux, une nécessité. »

« Je veux me donner à Dieu tout entier et pour toujours : j'éprouve un vrai besoin de me sanctifier, et si je ne me sanctifie pas, je ne fais rien. Dieu me veut saint, et je dois le devenir. »

Enfin, le 9 mars 1857, quelques instants avant sa mort, Dominique Savio dit à son père qui le veillait : « Papa, nous y sommes !...Il est temps de me lire les litanies de la bonne mort. »

Non, Dominique Savio ne pensait pasqu’il valait mieux s’amuser plutôt que de prier et se confesser, bien au contraire. Lorsqu’on est enfant, il y a un temps pour prier, un temps pour étudier, un temps pour s’amuser et un temps pour se reposer. Il a répondu qu’il aurait continué à jouer, tout en sachant sa dernière heure arrivée, parce que la question lui a été posée à cet instant précis. Dominique vivait en actes sa volonté de se sanctifier, et par conséquent il était prêt à mourir, à tout moment.

« Soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait » (Mt 5,48).

« Car ce que Dieu veut, c'est votre sanctification : c'est que vous évitiez l'impudicité, et que chacun de vous sache garder son corps dans la sainteté et l'honnêteté, sans l'abandonner aux emportements de la passion, comme font les païens qui ne connaissent pas Dieu ; c'est que personne en cette matière n'use de violence ou de fraude à l'égard deson frère, parce que le Seigneur fait justice de tous ces désordres, comme nousvous l'avons déjà dit et attesté. Car Dieu ne nous a pas appelés à l'impureté, mais à la sainteté. » (Paul, 1Th. 4,3-7).

Dieu nous veut saints, afin que nous ne soyons pas surpris, et que nous n’ayons pas à souffrir de nos négligences, lorsque nous paraîtrons devant lui, ou lorsqu’Il paraîtra aux yeux du monde lors de sa Parousie. Il ne s’agit pas de prophétiser, mais de veiller et de se sanctifier, pour être prêt. Nous ne serons alors pas surpris par la mort, ou par la fin des temps, si nous pensons que cette dernière est proche. Et comme Saint Dominique Savio, la conscience tranquille, nous pourrons continuer paisiblement nos activités en cours.

« Veillez donc, puisque vous ne savez pas quel jour votre Seigneur doit venir. Sachez-le bien, si le maître de maison savait à quelle veille le voleur doit venir, il veillerait et ne laisserait pas percer sa maison.
Tenez-vous donc prêts, vous aussi, car c'est à l'heure à laquelle vous nepensez pas que le Fils de l'homme viendra.
Quelqu'un donc est-il le serviteur fidèle et prudent que le maître a établi sur les gens de sa maison pour leur donner la nourriture au temps voulu, heureux ce serviteur que son maître, à son arrivée, trouvera agissant ainsi ! En vérité, je vous le dis, il l'établira sur tous ses biens.
Mais si c'est un méchant serviteur qui se dise en lui-même: " Mon maître tarde, " et qu'il se mette à battre ses compagnons de service, qu'il mange et boive avec les ivrognes, le maître de ce serviteur viendra aujour où il ne s'y attend pas, et à l'heure qu'il ne sait pas, et il le fendra en deux, et lui assignera pour lot celui des hypocrites : là il y aura les pleurs et le grincement des dents. »(Mt 24,42-51)

« Tels furent les jours de Noé, tel sera l'avènement du Fils de l'homme. Car de même que dans les jours qui précédèrent le déluge, on mangeait et on buvait, on épousait et on était épousé, jusqu'au jour où Noé entra dans l'arche, et qu'ils ne surent rien, jusqu'à la venue du déluge qui les emporta tous, ainsi sera aussi l'avènement du Fils de l'homme. » (Mt24,37-39)

Commenter cet article

senami 07/03/2014 15:37

Dominique Savio,prie Dieu pour nous jeune pendant ce temps de carême.Amen