« Seigneur, à qui irions-nous ? vous avez les paroles de la vie éternelle. » (Jn 6,68)

" Le Christ n'enlève rien et il donne tout " (Benoît XVI)

Notre dame du Sacré Coeur

" Monsieur l'abbé, vous pouvez nous raconter des histoires? "

Au camp d'été, deux louvettes, élèves du catéchisme pendant l'année, se souvenaient que leur aumônier racontait de saintes histoires pour illustrer les cours du mercredi après-midi. Quand les activités leur laissaient un peu de répit et qu'elles voyaient au loin l'abbé, elles courraient vers lui et avec un grand sourire lui demandaient:

" Monsieur l'abbé vous pouvez nous raconter des histoires? "

Et monsieur l'abbé répondait:

"Vous voulez des histoires ? Venez on va s'asseoir à l'ombre. Connaissez vous celle de...?"

On s'asseyait et en quelques instants ce n'étaient pas deux mais cinq, six, dix louvettes qui accouraient pour écouter.

Bienvenue sur le blog "Histoires saintes" animé par un prêtre. Bien souvent les catéchistes cherchent à illustrer leurs leçons par des exemples et des histoires visant à captiver l'attention des enfants tout en gravant les vérités saintes dans leur esprit et dans leur cœur. Ce blog voudrait leur faciliter la  tache.

Publié par Histoires saintes

L'amour de Dieu purifié par le renoncement assu­rant l'équilibre intérieur donne naissance à des fruits savoureux qui peuvent se résumer dans une force douce et tranquille, que saint François appelait la « douceur du courage», ainsi que dans une grande égalité d'âme au milieu des événements de cette vie mortelle.

Pour maintenir l'équilibre, l'amour doit être fort.

«II n'y a point d'âmes au monde, comme je pense, qui chérissent plus cordiale­ment, tendrement, et, pour le dire tout à la bonne foi, plus amoureusement que moi : car il a plu à Dieu de faire mon cœur ainsi. Mais néanmoins j'aime les âmes indépendantes, vigoureuses et qui ne sont pas femelles; car cette si grande ten­dreté brouille le cœur, l'inquiète et le distrait de l'oraison amoureuse envers Dieu, empêche l'entière résignation et la parfaite mort de l'amour-propre. Ce qui n'est point Dieu n'est rien pour nous ... C'est merveille comme j'accom­mode tout cela ensemble, car il m'est avis que je n'aime rien du tout que Dieu et toutes les âmes pour Dieu. :.

La vraie force : c'est d'aimer Dieu jusqu'au bout.

Commenter cet article