« Seigneur, à qui irions-nous ? vous avez les paroles de la vie éternelle. » (Jn 6,68)

" Le Christ n'enlève rien et il donne tout " (Benoît XVI)

Notre dame du Sacré Coeur

" Monsieur l'abbé, vous pouvez nous raconter des histoires? "

Au camp d'été, deux louvettes, élèves du catéchisme pendant l'année, se souvenaient que leur aumônier racontait de saintes histoires pour illustrer les cours du mercredi après-midi. Quand les activités leur laissaient un peu de répit et qu'elles voyaient au loin l'abbé, elles courraient vers lui et avec un grand sourire lui demandaient:

" Monsieur l'abbé vous pouvez nous raconter des histoires? "

Et monsieur l'abbé répondait:

"Vous voulez des histoires ? Venez on va s'asseoir à l'ombre. Connaissez vous celle de...?"

On s'asseyait et en quelques instants ce n'étaient pas deux mais cinq, six, dix louvettes qui accouraient pour écouter.

Bienvenue sur le blog "Histoires saintes" animé par un prêtre. Bien souvent les catéchistes cherchent à illustrer leurs leçons par des exemples et des histoires visant à captiver l'attention des enfants tout en gravant les vérités saintes dans leur esprit et dans leur cœur. Ce blog voudrait leur faciliter la  tache.

Sauvé par son chapelet

A la fin du siège de Paris, lors de la Commune, les Petites Sœurs des Pauvres firent remettre par un vitrier voisin les nombreuses vitres cassées de leur établissement. Le vitrier était un brave ouvrier, mais sans pratique religieuse. Son travail fini et payé, la Supérieure lui fait cadeau d’un chapelet. Comme il hésite à accepter :

« Mettez-le toujours dans votre poche. S’il vous arrive quelque malheur vous vous en souviendrez et la Sainte Vierge vous viendra en aide. »

Là-dessus, le vitrier va au cabaret, boit un peu trop, se répand en malédictions contre les Prussiens, Bismarck, Guillaume, etc. En sortant, il insulte un officier allemand, et finalement se fait conduire en prison. Le lendemain matin, dégrisé, il se rend compte de sa situation.

« C’est le moment de tirer mon chapelet », dit-il.

Il essaie de dire un Ave Maria, prière presque oubliée. Là-dessus, entre un officier bavarois.

« Tiens, vous dites votre chapelet ! On m’annonçait un communard ? »

Tout finit par des explications et l’ouvrier est relâché, ayant évité peut-être la mort

Commenter cet article