« Seigneur, à qui irions-nous ? vous avez les paroles de la vie éternelle. » (Jn 6,68)

" Le Christ n'enlève rien et il donne tout " (Benoît XVI)

Notre dame du Sacré Coeur

" Monsieur l'abbé, vous pouvez nous raconter des histoires? "

Au camp d'été, deux louvettes, élèves du catéchisme pendant l'année, se souvenaient que leur aumônier racontait de saintes histoires pour illustrer les cours du mercredi après-midi. Quand les activités leur laissaient un peu de répit et qu'elles voyaient au loin l'abbé, elles courraient vers lui et avec un grand sourire lui demandaient:

" Monsieur l'abbé vous pouvez nous raconter des histoires? "

Et monsieur l'abbé répondait:

"Vous voulez des histoires ? Venez on va s'asseoir à l'ombre. Connaissez vous celle de...?"

On s'asseyait et en quelques instants ce n'étaient pas deux mais cinq, six, dix louvettes qui accouraient pour écouter.

Bienvenue sur le blog "Histoires saintes" animé par un prêtre. Bien souvent les catéchistes cherchent à illustrer leurs leçons par des exemples et des histoires visant à captiver l'attention des enfants tout en gravant les vérités saintes dans leur esprit et dans leur cœur. Ce blog voudrait leur faciliter la  tache.

Publié par histoires saintes

HISTOIRES pour l'Explication du Catéchisme à l'usage des Diocèses de France


LEÇON PRÉLIMINAIRE

Pourquoi je dois apprendre mon catéchisme

Un martyr chinois.

 

La mort du catéchiste Uankuensie, du village de Mantchouan, sous-préfecture de Buoplin, a été admirable. Saisi à Ma-kia-cha-wol, il fut dépouillé de ses habits, frappé et ligoté. On le conduisit les mains et les bras derrière le dos, pieds nus, jusqu'au village de Tchan-kuan-t'uin pour qu'il eût la douleur de voir saccager cette chrétienté, puis on le ramena à Makia-cha-wol, enfin on le traîna sous les murs de sa sous-préfecture de Qchen-p'in. Là les chefs lui firent subir un interrogatoire :
« Es-tu chrétien?
— Oui, je le suis!
A cette réponse, on lui coupa une oreille.
— Es-tu encore chrétien? lui demanda-t-on une seconde fois.
— Oui, je le suis
Et la seconde oreille fut coupée.
— Oui ou non, es-tu encore chrétien?
— Oui, je suis chrétien ! »


Ce fut son arrêt de mort... Un coup de sabre lui trancha la tête. Il alla augmenter la glorieuse phalange des martyrs.
Son corps fut enseveli en secret par sa propre famille dans son village natal.

Commenter cet article