« Seigneur, à qui irions-nous ? vous avez les paroles de la vie éternelle. » (Jn 6,68)

" Le Christ n'enlève rien et il donne tout " (Benoît XVI)

Notre dame du Sacré Coeur

" Monsieur l'abbé, vous pouvez nous raconter des histoires? "

Au camp d'été, deux louvettes, élèves du catéchisme pendant l'année, se souvenaient que leur aumônier racontait de saintes histoires pour illustrer les cours du mercredi après-midi. Quand les activités leur laissaient un peu de répit et qu'elles voyaient au loin l'abbé, elles courraient vers lui et avec un grand sourire lui demandaient:

" Monsieur l'abbé vous pouvez nous raconter des histoires? "

Et monsieur l'abbé répondait:

"Vous voulez des histoires ? Venez on va s'asseoir à l'ombre. Connaissez vous celle de...?"

On s'asseyait et en quelques instants ce n'étaient pas deux mais cinq, six, dix louvettes qui accouraient pour écouter.

Bienvenue sur le blog "Histoires saintes" animé par un prêtre. Bien souvent les catéchistes cherchent à illustrer leurs leçons par des exemples et des histoires visant à captiver l'attention des enfants tout en gravant les vérités saintes dans leur esprit et dans leur cœur. Ce blog voudrait leur faciliter la  tache.

Publié par histoires saintes

Sainte Agnese da Montepulciano (1268-1317) reçut la communion de la main d'un ange, parce que, étant en extase, elle ne pouvait s'y arracher pour aller à la messe :

    Ici, le côté merveilleux de l'événement l'emporte sur le sens ecclésial : la préférence est donnée aux douceurs de l'extase et non à la participation à la célébration liturgique. (295)

Le phénomène se reproduisit dix fois, toujours pour le même motif. Il est vrai que le Ciel semblait prendre plaisir à exaucer les caprices de cette pieuse moniale, appelée par ailleurs à une vie d'austérités et de sacrifices peu commune. Il fallait bien ces quelques compensations pour l'encourager!

Réfugiée en Italie après la mort tragique de son mari, potentat de l'île de Chios, Maria Raggi (1552-1600) entra dans le tiers-ordre dominicain et vécut ses dernières années à Rome. Très effacée, vivant pauvrement, consacrant ses journées à l'oraison et au soin des malades, elle reçut les stigmates en 1593, sept ans avant sa mort. Quand elle allait communier, deux anges l'accompagnaient ; et, s'il arrivait qu'elle ne pût se rendre à l'église, à cause des maux dont elle souffrait, son ange gardien venait lui apporter l'eucharistie, à moins que ce ne fût saint Thomas d'Aquin ou saint Vincent Ferrier (296).

 

source: http://www.spiritualite-chretienne.com/anges/ange-gardien/ref-17.html

Commenter cet article